L'univers des partitions di-arezzo

Editions Enoch & Compagnie Editeurs

Editions Enoch & Compagnie Editeurs

Musique française des XIXe et XXe siècle

Toutes les partitions chez les Editions Enoch & Compagnie Editeurs

Le très ancien label Enoch, créé en 1853 par Charles Enoch, est comme aime à le répéter son actuelle propriétaire, veuve d'un héritier de la famille : " toujours debout I ", et ce malgré les vicissitudes et les brusques coups d'arrêt qu'a pu connaître la constitution de son catalogue.

Dès ses premiers pas, la maison s'était singularisée par une ligne aux divergences toutes stratégiques : d'un coté, les oeuvres très " sérieuses " d'un César Franck ou d'un Emmanuel Chabrier, de I'autre un répertoire de musique légère, constitué notamment d'opérettes d'André Messager ou de Charles Lecocq.

C'est sur cette " réunion des goûts " très particulière que se fera et continue de se faire la réputation des Editions Enoch, la pédagogie, exceptées quelques collections de recueils théoriques et pratiques signés André Gedalge, professeur au Conservatoire de Paris, n'ayant jamais été une priorité.

Le règne de Jacques Enoch (qui cumula longtemps les fonctions d'éditeur de musique et de président de la Sacem), dont on peut aujourd'hui encore sentir très perceptiblement l'écho, aura été marqué par Darius Milhaud et Georges Enesco autant que par Les Deux Pigeons d'André Messager. Ami de Jacques Prévert et de Joseph Kosma, Jacques Enoch aura su également passer opportunément de I'opérette a la chanson et aux musiques de film : les célèbres Feuilles mortes et la musique de La Grande illusion sont parmi les fleurons de son catalogue.

Les Editions vivent de cet acquis. Elles voient s'affermir, au répertoire des concerts, la place d'oeuvres telles que le Concerto pour marimba de Milhaud ou les Rhapsodies roumaines d'Enesco, et continuent de servir, avec une même ferveur, leurs compositeurs plus anciens. Ainsi une oeuvre posthume de Chabrier, un Lamento pour orchestre, a-t-elle été récemment publiée par les soins d'Enoch.

D’après la Chronique de l’AFAA n° 20, l’Edition musicale, 1998

Retournez sur le site di-arezzo, l'univers des partitions

Visionnez toutes les monographies éditeurs